De quoi demain sera fait ?

L’histoire se répète sans qu’on ait pu changer le cours des choses. Bien qu’on s’avait  depuis longtemps qu’il fallait agir. Faire d’accord mais quoi? Un homme averti en vaut deux dit-on mais ce n’est pas toujours facile à accepter. La dure réalité des choses vous rattrape et vous cloue au sol comme le placage d’un rugbyman de 120 kg. On ne la pas vu arriver, et pourtant on le savait la, sournois et prêt à prendre le dessus.

On la laisser faire, s’installer tranquillement, prendre sa place, avec tout ce que cela implique. Comme le petit ruisseau qui coule paisiblement au fond de la vallée, et vient se jeter dans un lac pendant des années, jusqu’au jour ou, un orage vient bouleverser le court tranquille des choses,  la digue lâche et des mètres cubes d’eau viennent se déverser dans le petit hameau  situé en contrebas. Des années durant, tout allait bien; mais la donne à changé, il faut vivre avec maintenant  et l’on doit accepter le fait que cela puisse arriver à nouveau?  Durant des années on n’y pensait pas, c’est  pas possible, disait les anciens, de mémoire d’homme c’est jamais arrivé. Et pourtant un jour, une nuit, tout bascule, sans que l’on ai pris les devants et fait quoi que ce soit pour anticiper ou changer le cour des choses.

Beaucoup de phénomènes peuvent être analysés et anticipés, parfois on sait pas vraiment quand cela arrivera, mais la probabilité existe et cela devrait suffire pour  prendre nos responsabilités et  anticiper la catastrophe.

Quel est le cout humain et matériel de la catastrophe?  Quel aurait été le prix payé pour l’anticiper ?

Deux prix deux mesures, mais le résultat n’est pas du tout le même. Les pertes humaines dépassent souvent l’entendement, ne dit on pas la vie n’a pas de prix ? Elle en a un bien sur, qui est parfois très chère payé.

L’anticipation ne fait pas partie du vocabulaire actuel, les assurances sont la pour payer, rembourser. Nettoyer, reconstruit, et c’est repartit comme avant, mais pour combien de temps ? .

Du calme à la tempête il n’y a qu’un pas, l’eau sur le feu mijote doucement, passe à ébullition, puis vient le moment ou la température a augmentée d’un degrés de plus et l’eau déborde.

Ce phénomène se reproduit dans tout notre système actuel, que ce soit dans les bulles immobilières, les cracks boursiers, l’endettement des ménages, qui ne peuvent plus rembourser leurs emprunts, une fuite en avant sans anticipation.

Notre bonne vielle terre accepte depuis des millénaires son cycle de rotation autour du soleil, ses phénomènes naturels qui régulent le climat, favorable à l’éclosion de la vie. Durant des siècles rien n’a perturbé ce paisible et agréable quotidien, c’est depuis un peu plus de 100 ans, q’un petit rouage grince, un grain de sable est venu perturber cette belle mécanique, et il semble qu’on ne cherche pas à réparer le rouage, mais à agrandir la machine au détriment du climat. Nous s’avons depuis près de 50 ans que les émissions anthropique perturbe le clima. De constat en bonne parole, rein n’a vraiment changé, on se donne  bonne conscience en interdisant ça et la un produit, mais le mal est fait, et la maladie ronge patiemment le malade. Les émissions de CO2 augmente d’année en année, alors que décision était prise de les stabiliser, voeu pieux et belles paroles qui couteront chère un jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *