La rénovation énergétique est ‘elle rentable ?

Bâtiment basse consommation ici, transition énergétique là, et pourquoi pas des énergies renouvelables ou  un Bepos, ( bâtiment à énergie positive).

Les exemples de rénovations BBC  ne manquent pas, et certains retours sur expérience démontrent la rentabilité d’une rénovation globale basse consommation. Souvent on fait des travaux par nécessité, changer la chaudière qui vient de rendre l’âme, ou les fenêtres qui sont trop vielles.

Avec un  crédit d’impôt ou une prime Auchan pour l’isolation des combles perdus, on se lance dans des travaux.  Mais tout cela est’ il vraiment rentable ? avons nous regardé de plus près les possibilités de travaux d’isolation. En faisant un bilan global de la maison on se rend compte que les économies d’énergies et d’argent ne sont pas toujours là ou on pense.

Faire une étude thermique permet d’avoir une vision globale des déperditions thermiques de l’enveloppe de la maison, toiture, murs, sol et  fenêtres bien sur, mais aussi du chauffage et de la ventilation. Il est alors possible de simuler les gains énergétiques point par point, et choisir les travaux les plus rentables.  

equaliseur

égaliseur

Comme avec un égaliseur pour de la musique, il est alors possible de jouer sur les épaisseurs d’isolations, le type de chauffage, gaz, bois ou des panneaux solaire pour l’eau chaude sanitaire et trouver les solutions les plus pertinentes, sans oublier la ventilation.

Isoler  la toiture avec 25- 30  ou 40 cm ou plutôt changer d’abord les fenêtres et l’année d’après faire l’isolation des murs ? .

Il est important d’avoir une vision globale de son bien immobilier, étant donné que dès que l’on isole, on change la température  et parfois les flux d’air dans le  bâtiment. En changeant les fenêtres  par exemple,on rend souvent plus étanche à l’air l’enveloppe de la maison,  elle est de ce fait moins bien ventilé, ce qui influence sur la qualité d’air intérieur et parfois sur le taux d’humidité.

renovation thermique

rénovation thermique

Lors de travaux d’isolation il est important d’avoir une vision d’ensemble de la structure sur laquelle on prévoit de faire des travaux. Isoler par l’intérieur ou par l’extérieur ? le mur ou la toiture. Toutes les solutions existent, mais laquelle est la mieux adaptée a ma maison et mes besoins?

Il faut prendre en compte les économies d’énergie bien sur  mais aussi le confort thermique d’été, et parfois le côté phonique de l’isolant , si l’on habite dans un environnement bruyant.

Pas simple de connaître toutes les caractéristiques des différents isolant disponible sur le marché, ou des types de fenêtres et de systèmes de chauffage. Souvent on fait confiance aux professionnels, qui vient faire un devis pour ses travaux et son métier, sans vision globale du bien immobilier.

La rénovation globale Facteur 4,  c’est à dire: la réduction par 4 des émissions de Co2 , de la consommation d’énergie et donc de sa facture énergétique est très souvent rentable. Il est possible d’imaginer faire ces travaux en une fois, ou par étapes en planifiant les différents travaux dans le temps. L’important est de ne pas faire cela dans l’urgence mais de prendre le temps de l’analyse et de la réflexion.

Rénover une maison des années 70 peut vous permettre de faire baisser la facture énergétique annuelle de plus de 2000 € à 700 €, soit une économie de plus de 1300 €, qui rembourse le crédit souscrit pour l’ensembles des travaux. Les exemples ne manquent pas, que cela soit une maison ossature bois, une vielle maison alsacienne du 18 e siècle,  une bâtisse en moellons ou une maison récente en  briques, toutes  peuvent êtres rénovés basse consommation et ainsi gagner en confort tout en  diminuant les coûts de chauffage.

rénovation basse consommation

rénovation basse consommation

La valeur verte du bâtiment  augmente significativement suivant son étiquette énergétique, elle  permet d’augmenter  jusqu’a 10% la valeur du bien immobilier en passant de la classe énergétique F à B par exemple dans certaines régions de France.

La rénovation basse consommation avec une vision globale est rentable et il faut que cela se sache.

Qualité d’air intérieur, quels risques lors de travaux de rénovation.

Les travaux de rénovation sont un moment important dans la vie d’un batiment. Donner des priorités n’est pas simple, changer les fenêtres, isoler la toiture, ou changer de chaudière qui est entrain de rendre l’âme, à non chérie d’abord la cuisine, souvent c’est le porte monnaie qui décide aussi.

Et comme un heureux evènnement arrive il faut aussi repeindre et changer le sol de la nouvelle chambre d’enfant.

Tout ces travaux peuvent avoir une incidence sur la qualité d’air intérieur. Changer les fenêtres sans penser à la venilation, peut etre dangereux. Les nouvelles fenêtres sont bien plus étanche et isolantes que les anciennes qui laissait passer de l’air, et ventiler l’habitat.

Il est important de penser ventilation dés que l’on isole le batiment et on le rend plus étanche à l’air.

Les revetements de sols peuvent émettrent des Cov (composés organiques volatils) choisir des produits avec une étiquette A+ est consseillé. Les travaux de peinture des mur et plafonds représente une plus grande surface que le sol, il est donc primordiale de prendre les produits les plus neutres sur la qualité d’air intérieur. La aussi il existe des solutions A+ ou avec des labels environnementaux qui respectent les normes et valeurs actuelles. Les travaux de décapage et de vernis sont les plus dangeureux pour la qualité d’air intérieur, ils émettent souvent beaucoup de composés organique voltils.

Des tests et analyses effectués lors de travaux de rénovation dans  une salle de classe en Allemagne ( grafique ci dessous) montrent l’incidence des différents travaux sur la quantité de COV mesuré.

risques sur la qualité d'air intérieur lors de travaux de rénovation

risques sur la qualité d’air intérieur lors de travaux de rénovation

Source Sentinel Haus / Tuv

Les 10 défis sociétaux à relever au 21 siècle

Quels défis sociétaux avons nous à relever au 21 siècle?

Trois grandes lignes de politique globale de recherche et d’innovation:

  • encourager l’exellence scientifique.
  • appuyer le développement industriel innovant
  • répondre aux défis sociétaux

Les 10 grands défis 

 

1: Une gestion sobre des ressources et une adapation au changement climatique 

défi 1

2: Une énergie propre sure et efficace.

defi 2

3: le Renouveau industriel 

troisième révolution industrielle

4: Santé et bien être  

santé bien être

5:Sécurité alimentaire et défi démographique

sécurité alimentaire et démographie

sécurité alimentaire et démographie

6: Transport et système urbains durables.

transport et système urbain durable

7:Société de l’information et de la communication.

société de l'information et de la communication

8:Sociétés innovantes, intégratives et adaptatives. 

Sociétés innovantes, intégratives et adaptatives.

Sociétés innovantes, intégratives et adaptatives.

 

9: Une ambition spaciale pour l’Europe. 

9: Une ambition spaciale pour l’Europe.

9: Une ambition spaciale pour l’Europe.

10 : Liberté et sécurité de l’Europe, de ses citoyens et de ses résidents.

 Liberté et sécurité de l’Europe, de ses citoyens et de ses résidents.

Liberté et sécurité de l’Europe, de ses citoyens et de ses résidents.

Source extrait  : Quelle stratégie de recherche pour les années à venir.du ministère de l’éducation nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche.

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Strategie_Recherche/26/9/strategie_nationale_recherche_397269.pdf

Quand le batiment va tout va.

Malheureusement ce veille adage n’est pas d’actualité en France et c’est depuis près de 5 ans maintenant que la fillière du batiment souffre et que le nombre de construction neuve est en chute d’année en année.

Malgrès tous les efforts et incitations mis en place par l’état, le batiment va mal, et les dépots de bilans chez les artisants du batiment va bon train.

Quand le  batiment va, tout va.

Le batiment est au bord d’une révolution, avec la prochaine réglementation thermique obligeant les constructions neuves à etre à énergie positive. Alors que l’on voit encore trop souvent des travaux vite fait bien fait, sans respecter les consignes de mise en oeuvre, et donc les caractéristiques du produit une fois mis en oeuvre. Pour que la consommation rélle d’un logement atteigne les performances de l’étude thermique, il est primordiale que la mise en oeuvre des isolants, et fenetres par exemple soit faite dans les règles de l’art. Toute anomalie ou défaut de pose, peut engendrer des déperditions thermique, ou des dégats au batiments. L’évolution des matériaux et technologie dans le batiment va vite, et l’ensemble de la fillière doit rapidement prendre le plis des nouveaux enjeux de la construction.

renovation a energie positive

renovation a energie positive

Le numérique qui dans certains domaines d’activité a le vent en poupe, est encore trop timide dans le batiment. Les strats up ayant des projets innovant ,ne trouve pas de financement ou de soutient du fait de la rigidé du système Français, et du manque de visibilité pour les investisseurs.

Le numérique peut et doit répondre a l’évolution 2.0 du batiment, et c’est avec le BIM (ou maquète numérique du batiment ) que cette transition arrive enfin. Tout est à faire, et reste à faire pour permettre à la fillière de voir la transition énergétique comme un vivier d’emplois et de perspective d’avenir.

Alors que les premiers rapports mettent en évidence la réduction des couts de gestion ou l’entretien d’un patrimoine  par exemple, ce sont les grands groupes et bailleurs qui feront avancer le numérique rapidement, étant donné que c’est rentable. Un artisant ne voit pas cela du meme oeil, et le numérique est pour lui un investissement important et sans rentabilté visible a court therme, alors que sa trésorerie et déjà sèrré et le carnet de comande au plus bas.

Le batiments attend encore le « Uber » de la fillière qui faira bouger les lignes et faire avancer vers l’économie du nouveau monde tous ses acteurs.

images

Le rénovation énergétique ne tient pas ses promesses. Tout un système qui coute au contribuable et à la planète.

Cela fait quelques années que nous pointons du doigt ce système, où la ménagère qui achète au Supermarché fait des économies sur ses courses en changeant les fenêtres de son logement grâce à un dispositif de primes (certificat d’économie d’énergie) mis en place par l’Etat français.

ménagère

ménagère

Ce système pervers ne pouvait pas fonctionner, par manque de compétences ( voir tout les litiges actuels) et par manque de vision globale de la rénovation.

L’exemple des 500 chantiers de rénovation thermique en Alsace du programme « Je rénove BBC » est la preuve que l’on peut faire une rénovation de qualité avec une vision globale gérée par un coordinateur des travaux.

Nous avons développé une plate forme numérique permettant à tout le monde de trouver les meilleures solutions de rénovation globale visant le facteur 4, et ainsi permettre de respecter les échéances de réduction des émissions de CO2, mais cela ne rentre pas dans les cases du système Français actuel.

Nous ne renouvellons que 1% du parc immobilier par année, nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas atteindre les exigences de consommation énergtique et la réduction des émissions de  CO2. Encore une fois le modèle Allemand est mis en avant pour son efficacité. Il est malheureusement difficile voir impossible de changer quoi que ce soit dans ce système actuellement.

IMG_9220

Une entreprise spécialisée dans l’éfficacité énergétique en France licencie ses salariés, étant donné que l’Ademe crée des plateformes de la rénovation énergétique avec des postes de fonctionnaires qui manquent d’expérience et de compétence pour faire ce travail. Toute l’expérience aquise depuis quelques années sur le terrain, est perdue.

J’espère que nous pourrons un jour changer cette situation, qui coûte de plus en plus au contribuable, en détruisant des emplois, pour créer des postes de fonctionnaires, qui augmentent nos impots sans atteindre les objectifs de réduction de consommation énergétique et de réduction des émissions de CO2.

A lire le rapport de l’UFC Que choisir ;

 RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS 

Le crédit d’impôt, une mesure à grand frais qui manque sa cible environnementale

Test d’infiltrométrie, vérification de l’étanchéité à l’air.

Après la mesure de la qualité d’air , c’est au tour de la vérifiication de l’étancheité à l’air de notre rénovation à énergie positive. Et le résultat est plutôt très bon.

Nous avons un objectif a respecter de 0,8 m³/(h.m²), pour etre conforme aux règlementations en vigueur en France actuellement, pour bien comprendre ce chiffre cela demande quelques explications je pense.

L’étanchéité a l’air d’un batiment permet d’optimiser les consommations énergétiques, en rendant le batiment le plus ’étanchéité a l’air possible. Il s’agit d’éliminer les fuites et entrée  d’air parasites, qui pouraient nuirent à l’isolation thermique de l’enveloppe de la maison. Un isolant est performant s’il n’est pas en contact avec un flux d’air venant de l’intérieur ou de l’extérieur du batiment.

Si un vent froid en hiver passe sous les tuiles pour arriver dans l’isolant, cela refroidira rapidement la pièce en contact avec cet isolant, ou la réchaufferera en été.

Pour etre efficace ce travaille doit etre réalisé avec des produits spécifiques, pour que le résultat reste positif tout au long de la durée de vie du batiment. Nous avons sélectionnés les produits Pro Clima pour leurs qualité et expérience dans ce dommaine depuis plus de 25 ans. Leurs produits on réussis  des test de longévités accéléré de 100 ans.

Le test d’étanchéité à l’air en lui meme est réalisé avec un ventilateur et  d’après une norme Européenne. Le batiment est mis en dépression puis en  surpression, comme si un vent d’environ 30 km/h soufflait et faisait entré l’air extérieur. Pour faire le calcul précis des fuites, nous avons mis dans un logiciel relié au ventilateur les dimmenssions du batiment et surtout les surfaces déperditives, soit les murs et la toiture qui sont en contact avec l’extérieur.

test infiltrométrie

le ventilateur sur la porte de service

Quand le ventilateur est en route le logiciel calcul la différence entre l’air qui entre dans le batiment et celui qui en sort par les fuites non voulus, et c’est ce résultat qui nous intéresses.

Pour une construction BBC neuve en France l’étanchéité à l’air doit etre de 0,6  m³/(h.m²), en rénovation il n’y pas encore d’obligation, neanmoins avec l’étude thermique que nous avons faite et le programme Je Renov BBc l’objectif a respecter est de 0,8 m³/(h.m²) on y revient.

Ce sont donc 0,8 m3 d’air par heure et par m2 de surface déperditive de fuites qui sont admise, sous la  pression d’un vent de 30 km/h.

Notre résultat est de 0,47 m³/(h.m² ) soit presque 2 fois mieux que ce qui était demandé et mieux qu’une construction neuve. Cela représente un disque d’un diamètre de 17,9cm de fuite sur toute la surface de la maison. Voila ce que cela représente sur une feuille A4.taille , des fuites, étanchéité a l'air

 

 

 

 

 

Cette très bonne étanchéité à l’air va nous permettre de respecter la consommation énergétique pour le chauffage,  prévus par l’étude thermique, de 29kw/h// EP/m2.

agir pour le climat

agir pour le climat

Efficience énergétique des véhicules, diesel / électrique de la production d’énergie aux kilomètres parcourus.

Quelle est l’efficience énergétique et les émission de Co2 d’un véhicule diesel  par rapport à un véhicule électrique en prenant en partant de  la production d’énergie jusqu’ aux kilomètres parcourus.

Ce comparatif fait en Allemagne, détail les différences d’efficacités énergétique entre une voiture diesel, un véhicule électrique rechargé avec une électricité conventionnelle et un véhicule électrique rechargé avec une électricité 100% renouvelable.

La prise en compte de la perte au niveau du raffinage du pétrole, la perte sur le réseau d’acheminement de l’électricité et celle du moteur, nous montre un différence importante entre ces véhicules.

Le véhicule diesel émet au total 182 g Co2 par kilomètre parcouru avec une efficacité d’utilisation de l’énergie de 15% .

Un véhicule électrique rechargé sur un réseau conventionnel émet au total 78 g Co2 par kilomètre parcouru avec une efficacité d’utilisation de l’énergie de 40%

Un véhicule électrique rechargé sur un réseau 100 renouvelable  émet au total  0 g Co2 par kilomètre parcouru avec une efficacité d’utilisation de l’énergie de 77%.

efficience voiture

Source http://gute-energie.at/pkw-energieeffizienz/

Les chiffres réels du réchauffement climatique.

La Cop 21 est la dernière chance pour sauver notre planète, nous dit’ on, et l’échéance est bien proche je trouve. Toute les solutions envisagées sont basés sur les chiffres des émissions de CO2, ou de la pollution atmosphérique entre autre,  donnés en grande partie par les industriels eux même.

Après le scandale WW je me demande si les dés sont ne sont pas truqués et le jeux déjà perdu, si tout cela n’est pas la partie visible de l’iceberg qui fond.

Le modele est basé sur un réchauffement de la plante de 2° qu’il ne faudrait pas dépasser, et  nous savons que les causes sont les émissions de notre mode de vie actuel. Or les solutions envisagées sont basé sur les chiffres donnés en grande partie par les industriels eux même.

pollution, atmosphérqiueEt c’est là que je me pose la question de la pertinence du système. Si on regarde le scandale actuel des contrôles antipollution des voitures, et les chiffres complément faussés, on se retrouve devant un problème qui devient surement ingérable. Tant que le modèle économique sera basé sur la croissance a tout prix avec tous les excès que cela comporte on est pas sortie de l’affaire. La dette explose dans presque tous les pays industrialisés, et on cherche tant bien que mal à trouver de la croissance pour nous faire consommer encore plus, une réduction d’impôt par ci qui doit  nous permettre d’ acheter une nouvelle voiture, ou une prime par là pour augmenter notre pseudo « pouvoir » d’achat.

La solution viendra de l’engagement de chacun  de nous dans son  quotidien pour le bien de tous.

Une baie vitrée de 397 kg, deux personnes et 4 ventouses plus tard.

Deux personnes, 4 ventouses et une vitre de 397kg, quoi de plus simple pour un SL 608 Outdoor. Merci à Aprolis location pour cette aide précieuse.

Pas facile de sortir la baie vitrée existante, elle a résistée un peu, surement que cela lui plaisait bien de prendre le soleil sur notre terrasse. Après avoir enlevé quelques bambous pour laisser passer la machine, c’est presque un jeu d’enfant de poser de grandes baies vitrées.baie vitré, maison a énergie positive.

Comme en lévitation, ou presque. La cadre en en attente entre la machine et la vitre qu’on va soulever avec précaution. Le chariot avec ses 4 ventouses fait 600 kg une fois la vitre soulever ce sont plus d’une tonne qu’on manoeuvre sur la terrasse en bois.

Et Hop ……..

ventouse, baie vitré,

ventouse, baie vitré,

On incline un peut pour la faire passer entre les lames de terrasse et le parquet intérieur, pose des compri-bande Illbruck autour du cadre et  d’adhésif Pro- Clima tesson Vana en attente pour l’étanchéité à l’air, on ajuste un peut a droite – a gauche en haut et en bas, ouf… elle y est.

IMG_0248

Le résultat est plutôt sympa, encore quelques finitions et de nettoyage a faire bien sur, mais je suis surtout content que ce dernier gros morceau de notre rénovation à énergie positive soit passé. Bientôt l’aménagement de la cuisine, ou je pourrais m’éclater…..

baie vitrée,